fréquence 30

Duel, et si au lieu de mort la matière s’accomplissait, forêt sans ciel, si dedans était son dehors et ce qui fut, embryonnaire, une promesse, ne retournerait au rien que le rien, compost acide de l’échec, et ni ruine ni vestige, sous les feuilles en linceul, le pourrissement salutaire.
Or, avec du cassant dans la sonorité, de la fracture, des cicatrices, du cratère – un déjà depuis l’enfance marqué au fer, sacrifié – et le déliement final, musculaire, tout en déployé dans l’air qui (se) déchaîne, offre son velouté d’ardeur.

Vocable qu’on enterre.

Du quoi par qui l’on voit d’une manière irrégulière se donne et nous trahit à des degrés changeants, en variations précaires, image plurielle de tout, arcs-boutants mobiles – plutôt chercher le froncement, la confection des plissures, s’insinuer dans l’ambulant – un dévaler monter en place de lecture, un le se dire – non repérable – passant ville, une, certes s’étend, périmétrale, stellaire, mais où l’on est sur plus que dans, à travers un champ inorganique

2 commentaires sur “fréquence 30

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s