fréquence 20

S’enfonce une cale dans la nuit. Cognée dont le bruit sépare. Fait une fente par où le jour. De même qu’entaillant ce corps multiplié, nos mains diurnes réverbèrent tous les sons de l’obscur. On équarrit sa propre chair. La creuse au couteau du temps. Évidant le membre choisi avec espoir d’aller sur l’eau. De traverser droit, bien qu’assis, vibrant d’ouïr le chant des morts, le grelot de leurs ossements. Les craquements de l’incendie. Mais l’axe toujours se dresse.
Et la terre pulvérulée qui sous les portes glisse enduit le sol des maisons, et les rêves, et les pensées, jusqu’à l’irrespiration. Car l’on étouffe aux crispations de l’air entre le maudit rampant, la chute, l’érection du signe au désert où les amers sont mouvants, entre l’état végétal du livre, le bris de sa copie de pierre, ses veines qui se vident, dessèchent, et son lent émiettement. Poudre qui rebrousse au vent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s