à partir de, sommeil

Nous chantons (presque) toujours le même cantique. Il se produit un endormissement. Vivons corporellement les saisons, avec dans l’œil un morceau de lumière, un bout de soleil d’ailleurs, mais il n’y a plus personne autour de soi ou seulement des formes qui se meuvent lentement, à petits pas, dans l’allée où tout le monde va. Écoutons des paroles sans qu’elles nous atteignent, ce sont techniquement des phrases et rien d’autre. Parfois vient la musique, qui nous sort du sommeil d’ici-bas, nous entraîne au fond.

[Foire_internationale_de_Lyon___Palais_de_la_Foire,_quai_Achille-Lignon,_vers_1950]

Photo Jules Sylvestre, bibliothèque municipale de Lyon, licence CC

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s