Il a plu dans la nuit

Il a plu dans la nuit mais il a plu en moi, seulement pas d’une chose pareille à l’eau du ciel. Je suis encore couché. Les gendarmes dehors grincent au seuil des cahutes si mal embobinées, pendantes. Râle des voisins sous l’arbre à couilles. Jouir sur le lit que je leur sois obscur. Sortir à dix heures moins cinq prendre le soleil en face, puis refermer. Je hume un instant les rues et claque la porte. Au nez. Au visage du quartier sans nom. De lui je pourrais lister tous les sons, en degré de finesse ou de grossièreté, annoter la hauteur des avertisseurs de motocyclettes, le rire des écoliers, les pets du flic au coin, jusqu’au froufrou que fait la chute d’un kleenex. Dormir pourtant, dormir dans l’oubli de soi.

Vie d’Éros Sambóko #4

4 commentaires sur “Il a plu dans la nuit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s