Ses longs doigts perdus dans des tresses

C’est vrai qu’il y a les oiseaux. Des froufrous qui s’ébattent. Derrière le mur. Du côté droit. Colonie de spermètes. Quelquefois une roucoule-bonnet-bleu picore ma faiblesse. Vénus m’appelle pour me dire quoi. Elle coiffe non loin, à deux pas presque. Elle s’entriste, oublie ses mains, ne sait plus ce que ses doigts, ses longs doigts perdus dans des tresses, ses propres doigts quand la nuit vient elle ne sait plus à quoi ça sert et voudrait se couper la tête. Elle a perdu son chapeau rouge. Quand on s’est vu, dimanche je crois, elle avait les ongles verts, légèrement pomme de France. Et toi ?

Vie d’Éros Sambóko #6

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s