J’irai à Sainte-Lumière voir si des chapeaux

Oh moi, ça va. Tu sais, je m’écris, je m’efface, d’être là ou pas. J’arpente les fissures. De temps en temps pousse une joie. Si brève. Clignotement de luciole, vapeur d’une queue de comète. Je bredouille un vœu, un soupir de bête. Au bord du canal j’ai marché pour rien l’autre nuit, sans les ombres qu’on attend d’elle, juste des rats crevés dans l’eau. J’irai à Sainte-Lumière voir si des chapeaux, de couleur ou le même, ou fleuri, ce serait beau des fleurs couvrant ton crâne indigène, des cheveux d’anges sur fond noir ou du jasmin d’Arabie. Avec une perruche au faîte. Qui crierait kio kio kio. Et tu aurais des ailes.

Vie d’Éros Sambóko #7

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s