Marcher vers une seconde

Derrière le mur, terre pentue et l’herbe en désordre. Vie parallèle à la rue bruyante, au ruisselet d’en-bas, entre les deux, soi. Qui ne s’invente. Le je voudrait mais contre lui cet anodin passé d’enfance sans malheur. N’y plus penser, demain, le jour même, croisant les gens dehors, leurs faces lisses, leurs chairs blindées par des onctions, ni les haïr, non, me perdre en l’inquiétude de quelques égarés, marcher vers une seconde, ventre creux, où le soleil explose d’être à l’ombre soudain d’un corps qui s’incline. Pour l’instant, à deux pas de la pente herbue, les iules de retour avec les pluies glissent sur le sol immobile. On dirait des trains électriques.

Vie d’Éros Sambóko #8

2 commentaires sur “Marcher vers une seconde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s