Presque une paralysie des bras

Ce qui vient du dehors et le contredit, Éros l’appelle sa paresse, Vénus son alibi, tu aimes trop ne rien faire comme d’autres trop voler, trop médire, trop baiser ose-t-elle doucement. Une vague d’aversion le colle contre sa couche, dans le rouleau tout ce qu’il voit, qu’il sent, voudrait clamer au doux dieu d’avant (ainsi que lui perdu derrière l’image) qui ne l’écoute plus. La chambre affreuse, son silence si réel. Presque une paralysie des bras. N’attendre. Que. Quérir une simple force en soi qui se tient prête, au moins pour se rendre à, ou pisser dans le lavabo.

Vie d’Éros Sambóko #22

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s