Des mannequins tendent leurs bras

À 18:00 les boutiques s’allument, il sort, plus c’est flou à mesure que la nuit. Éros s’enfonce dans l’imprécis, sinue entre les gens stupides, mettre le pied sur une ligne sienne, la garder, qu’ils ne le dévient de son cours. Ça commence à clignoter, des culs de lucioles. Des néons tristes, des arcs-en-ciel. Un monstre-reflet dans les baies vitrées. Ce bruit, les voix, cette atroce musique. Là où se touchent les cabinets de couturière des mannequins tendent leurs bras, des bras figés couleur de lait, certains n’ont plus de tête et de toutes petites fesses très hautes au-dessus du sol. Cet étalage qu’on ne voit presque plus, Éros le trouve beau et vulgaire.

Vie d’Éros Sambóko #23

Un commentaire sur “Des mannequins tendent leurs bras

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s