Un peu de bonheur qui dépasse

Zone presque grise après le quartier, d’un gris de vieilles photos où les passants sont rares mais visionnaires. Chacun va selon lui-même d’une pauvre lumière à l’autre, traverse le dehors plat, tristement matériel, Éros en apparence car il cherche la cicatrice du canal, la baraque de chantier, le lieu, non pas idéal, plutôt fantasmatique, où rester, indigent, être là, un domicile du moi sans les murs de la chambre, avec un peu de bonheur qui dépasse. Si seulement. Il bifurque, diverge l’itinéraire commun par une sorte de lande pouilleuse, remonte le croupissement de l’eau dans son conduit, prend la pente d’un tertre jusqu’à l’ombre, en haut, d’un abri de misère où personne n’attend.

Vie d’Éros Sambóko #25

3 commentaires sur “Un peu de bonheur qui dépasse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s