Contre le vacarme du bar d’à côté

Vénus est au salon toutes lampes ouvertes, crues sous le plafond, elle garde les yeux clos – des plantes sur un guéridon, le verre d’une semi-table basse, les produits sur des étagères, des rajouts pendillant, sa robe fleurie, des gens qui traînent à presque-minuit derrière la vitre sale. À Sainte-Lumière, il n’a pas trouvé de chapeau, alors il ferme autour de son cou un sautoir où s’accroche une pomme et elle pleure. A, B, C, tu tournes, quand la queue se détache la lettre augure le nom de ton amoureux. On dit queue ou pédoncule. Si c’est un vrai fruit. Ils dansent, lentement, contre le vacarme du bar d’à côté. Sans toi je n’irais pas loin.

Vie d’Éros Sambóko #26

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s