tel un chien maigre, immortel

L’absence, Éros dit, ça voyage par un train de nuit, entre les étoiles : on y fait deuil des vivants ; Vénus pleure, pas beaucoup, à peine, puis sourit ‒ au crépuscule du soir, on se trouve bien, tout s’enfloue, les gens montrent le visage qui se perdra, dans l’obscurité, l’amour, sur son pas de porte, les suit avec le regard ‒ l’oubli, Éros cause encore, ça erre parmi, tel un chien maigre, immortel, mais sans des mains qui le caressent ; on descend le rideau et la rue perpendiculaire, allant vers un quelconque endroit, où l’on pourra s’attendre à rien, rien ni d’autre que soi-même,

Vénus en son salon #7

Un commentaire sur “tel un chien maigre, immortel

Répondre à Dominique Hasselmann Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s