Sur le fleuve une barque et l’horizon

        

   Sortait un sang léger
   Du petit corps à terre
   La nuit serait belle bientôt
   Et doucirait les choses
   Lui dans la chambre tard
   Penserait à la faute
   Peut-être écrit-on
   Parce que l’on regrette


          >   GÉNÉSIE

Un commentaire sur “Sur le fleuve une barque et l’horizon

  1. Une poésie profonde, sensible, incarnée qui nous emmène dans du concret mais aussi dans un intérieur, un au-delà.
    Du concret habité d'un ailleurs que nous transmet, nous dit le poète et que l'on peut faire sien aussi, mais différemment, autrement, propre à soi.
    Et puis il y a aussi à travers le mot ce qui ne peut être dit. Cette partie cachée, secrète.
    Du mot alors, se dégage une effluve délicate, un parfum indicible.
    Le mot porteur de tant d'autres mots qui ne pourront être donnés, laissant le lecteur livré à son propre regard.
    Merci pour cette poésie si riche, dense, intense qui se lit à l'infini.
    Catherine

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s