Lignages – 1

Dans un bonheur très vague
On allait au zoo
Sous les grandes façades de pierre
Méchantes, avec leurs airs sucrés.

Quels sont les mots restants
Dans ta mémoire vague :
Mots manteau communion
Kiosque et six jours de guerre,
Pas un regard aux magazines,
Sur les journaux,
Mais l’odeur du papier
Et tu passais devant,
Puis découpures de femmes habillées,
Recettes de cuisine, page triste des jeux,
Mot sommaire si tu t’en souviens,
Un ouvrage sauvé du feu, populaire,
Un lectures pour tous illustrées.

Une sorte ensemble d’énervement,
De tendresse.
La vie flottait à des étages
Derrière, loin. Les gens aussi.
Cherche-t-on et quoi à cet âge
Quand on se vêt d’habits frais
Le matin, après des nuits
Dont tu ne te souviens
Dans l’inconscience du drame,
Être à côté, aimer pourtant l’ici,
Pas d’autre monde ni d’autre vie
Que ce là suspendu à hauteur des mains.

Reprise durant la vacance d’une publication sur un blog à part.

Un commentaire sur “Lignages – 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s