Lignages – 2

Allions à l’école comme si
Pas d’hiver ni de pluie.
Ailleurs où étais-tu
Entre neuf et dix heures
Quand je parlais, non moi mais
La parole en leurs bouches grises
De béton,
Il n’a mémoire d’aucun visage
Dans l’enclos et toi-même
Au passage déjà tu l’oubliais.
Je m’étends sur des prés.
Rien ne manque mais
Nous ne sommes pas là
Toi et moi en forme différente,
Absents et pourtant tout est vrai,
Les ombres vont qui chantent
Vers une ressemblance dont
Elles n’ont pas idée,
Ce n’est qu’odeur des cantiques flottante
Et trainements de pieds,
Il n’attend rien pas même que ça finisse.
J’aurais aimé lire au sommaire

Plutôt que tes oracles des mots
Comme je te pense.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s