Lignages 2,1

Quant au retour venant de loin
Il y avait la nuit dans l’eau
Et des clignotements publicitaires
Comme une autre ville sur les toits,
Dernière, disant « C’est moi
L’image de la cité sainte »,
Il fallait se pencher à fin
De l’entre-voir, garder en l’œil
Ses merveilles, la brillance miroir
Des portes, une forme de présence
Où plonger mais trop vite passions,
L’on traversait pourtant
Endurant la douceur que
Ça laissait en soi la route
Et ce versant gravi par l’auto,
Puis lentement glissions
Vers l’immeuble utérin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s