Lignages 2,2

Une maison posée sur l’été,
Il se souvient de peu, d’herbes
Sèches dans une allée, d’une
Réfraction de la lumière.
Tristes couloirs. C’est curieux.
N’ont rien laissé que l’ennui d’eux,
Comme un enduit de paresse,
Bout de mur peint,
Ne pouvait faire,
Trop loin, trop petit
Ou pas de train
A la bonne heure
Et quelque chose de faux dans l’air,
Trouver un endroit sur la terre
Ce n’est pas rien,
Vivre à, se rendre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s