Jolo #8 – à l’orbe de la nuit

Fils ! La ville t’appelle, mère tiède jusqu’en ses ombres
qu’animent de longs bras. Mensonge des lumières.
L’enfance qui s’enfuit dans l’épaisseur de l’air.
Et la blessure du temps, Jolo, qui n’est plus dans la chair.
Qui gîte dans l’esprit.
Qui t’enlace et t’exile à l’orbe de la nuit
dans le quartier loin de la case où se dévide encore
le fil qui coud ton nom, le tisse d’eau salée,
de la lourde tristesse des femmes qui n’ont plus enfanté
que des regrets… Un silence si blanc issu de l’à-côté
sous un pagne de brume.



Jolo (prononcer diolo) dans la langue des Bhétés de Côte d’Ivoire signifie bienfait, bénédiction, ce que l’homme recherche sur la terre.

Dagodio 1998 – Batouri 1999

Un commentaire sur “Jolo #8 – à l’orbe de la nuit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s