Veille

Jeu du soir, le jour fond. Une main découpe le verre. Peu de mots, presque plus de lumière, seulement les nuances du gris. En bas derrière les pousses, on suit la sente à l’oreille, on écoute cuire les étoiles. Un éléphant ferme ses yeux de pierre, des grenouilles respirent à l’intérieur de l’horizon. Des hommes aussi là-haut, très loin dans leurs maisons.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s