Autre nocturne

Cent
Et cinquante mille ans
Se heurtent contre les tempes
Quand s’allume le feu
Entre nos jambes étendues,
Le rire et le sang des femmes ;
— S’enflamment les âges
Le temps fuit,
Seulement l’on reste à regarder si bas
La rouge crépitation,
L’étoilement de la nuit
Dans les éclats du bois ;
Fuse un peu de salive parfois
Comme un soupir
De branche qui s’endort,
Et l’on est longtemps
Sans rien dire
Avec au-dessus de nous
Des montagnes de glace
Et l’oubli.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s