Ma vie au village – 41

J’occupe la case d’être-là sur ce qui n’est pas échiquier, quoique vu du haut des machines les champs paraissent petits carrés et les cours zones blanches à disposer des pions mais nos pieds enchevêtrent ce que l’esprit construit et les idées qu’avons sur le ceci-cela, sur le qui laquelle/lequel quoi, déplacements selon les règles, cartes battues, distribution, on fait sans triche semblant de perdre, au terme le gagnant est nu ; à prendre rôle de l’idiot, du demeuré qui reste à rire sous la lune et que les fétiches indiffèrent je passe pour depuis dix-huit ans, c’est doux parfois c’est violent quand on pense des choses, ça pince le cœur quand même de n’être qu’une partie de soi et taire la pousse amère, silencer l’écusson, ne sembler qu’un buisson sans fruits, toujours camoufler l’ente dans un jardin maudit.

2 commentaires sur “Ma vie au village – 41

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s