Ma vie au village, autre intermède

Toi le village et moi depuis on ne se sent plus. Ma vie-là c’est de la broussaille, du bokassa, des détritus, une encrouture de marigot. Merci de m’avoir donné la parole mais si personne ne vient, c’est que tu es un pueblo de mierda. Pourtant jeudi surpassé, à l’orée de Mokolo, les abattoirs puaient toujours les douze bœufs sacrifiés du matin, j’ai fait quelques pas dans ton obscurité et vu que je t’aime encore. Alors pardon, redonne-moi la parole et ma nuit.

 

5 commentaires sur “Ma vie au village, autre intermède

  1. Le bokassa c'est aussi une herbe qu'on retrouve énormément au village. Elle est très envahissante et peu décorative. Aurais aimé connaitre son nom scientifique mais le jargon du village est trop ancré en moi @dhasselmann

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s