Ma vie au village – 46

Alors l’eau chute de si haut que sur l’entôlage des nuits le vacarme prospère, cardiaque sanguinant à rouiller les jointures, tous les emboitements aux angles de l’esprit enformant le corps dans la mousse et dans les draps du lit, la pluie – d’abord jaculatoire – tombe vite grossie de toute sa pesanteur. Ensuite contre la gaze, l’affolement ailé des termites nubiles ; c’est que tout cherche la mort et la lumière. Les cœurs sont aux fenêtres, à la fraicheur qui passe, guet de ce qui libère et par terre aussi où se contorsionnant les iules ressemblent à des humains tragiques. Sommaire soulagement des surfaces de peau puis le jour revient qui cogne aux palmiers, tape son bois dans la longueur et c’est le paradis des mouches.

Dessin de Pygas, la pauvre née, en fausse guerrière fabuleuse. Ce n’est pas la reine d’Ethiopie, pas mon rêve non plus, mais sur la branche après l’orage, seulement le chant de l’oiseau.

2 commentaires sur “Ma vie au village – 46

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s