notes à propos d’un paysage (9)

Las de l’Histoire défigurante, retrouver « ce » qui n’a jamais été et couvrir d’invisibilité nos corps couleurs sous vos sarcasmes, jeter aussi le tutélaire dans les vortex ─ le plus loin ou delà des lieux qui n’ont pas non plus d’existence, du soi seul façonner l’habitable d’un toi.

Les arbres naviguent autour, ah c’est la mer qui s’échappe,
eux ne vont jamais aux bords où le Brésil.

Nous ramons à la pompe
c’est le forage du temps
et le sexe couteau
évaporant la nuit

2 commentaires sur “notes à propos d’un paysage (9)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s