Saison de verre 2

Ce lieu sans paysage
Enclos par les grands arbres
À la saison de verre
Semble ailleurs que sur terre
Les hommes pourtant vivent là
Leur jeu de cases et de champs
De pistes qui se croisent
Sous un ciel absent

Il n’y a qu’un vent de misère
À pousser l’ennui devant soi
On dirait un pays sans personne
Cependant des gens marchent
Entrent dans les boutiques
Ou reviennent de loin

Brouillons retrouvés
supplément au Journal de la brousse endormie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s