Saison de verre 5

Les voix sont plus fortes et plus claires sur les toits
Quand on rentre de la rivière
Et que descend le froid
Qu’il reste les derniers gestes à faire
Pour éteindre le jour
Poser la lampe à terre
Tirer le pagne du sommeil
Rêver qu’une luciole passe

La nuit enferme la forêt
Le village et l’église blanche
Mais les ombres où elles vont
Avec leurs yeux de glace
Savent comment percer cette immobilité
Pour faire leur face-à-face
Dans les arbres lunaires

Brouillons retrouvés
supplément au Journal de la brousse endormie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s