Ma vie au village – 98

Souvent debout à l’heure du foie ou de la vésicule biliaire, en reniflant je m’interroge sur ce quoi-là, cette vie de pas-grand-chose, de peu d’écrit(s), ces morceaux non choisis, famineux, paludéens, ensemble héliotropiques et sélénaires, marqués par l’opacité, le devoir trouble du comment celer, grimé d’un face-à-face, acides reflux de ma nuit, d’un refus, de la colère, d’une aversion contre le faire, qui me rognent, m’épuisent. Troupeau de corp(s) sur le toi(t).

On peut me saboter (ils) j’embrasse leurs injures.

Vivre est plus périlleux que ça.

2 commentaires sur “Ma vie au village – 98

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s