Pages sèches #1

L’absence de lumière, électrique, et ce trop plein de ciel, pas dessus-nous devant, l’excès d’extrême indice d’une coupure frontale et dans la tête le soleil besogneux éblouissant d’ennui ; ça dénerve le temps.

Cendres, des pleurs de cendre, sanies des cieux.
La poussière, insinuante, accouplée au désert.

On se croit parfois sur la mer,
celle anonyme à l’intérieur de tout.

Chromatic tests for painting in another life
palette : savannah in the dry season
Savannah in the dry season – 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s