Pages sèches #2

L’anxiété vient du sec qui s’abat si l’on se couche,
les lèvres fendillées, le nez irrespirant,
la bouche, seule.

Notation manquée des dates, la saison a commencé le tant et sitôt : réverbération des organes, plus grand retentissement phonique dans la part des humains quand les bêtes se taisent ou modulent selon l’humide.
Sommeil durant ‒ écrit ‒ une phrase seule et courte,

nette comme l’oubli.

Chromatic tests for painting in another life

Savannah in the dry season – 2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s