Pages sèches #4

un coquillage, une pierre bleue, sur les fleurs crépusculaires du drap ;
composition du nocturnal à partir de froissements ;
rêves à mémoire de forme ;

Être en l’en-nuit : façon de vivre le pesant vertical du jour, de penser l’horizontal et sa courbure légère.

Certains mots hantent notre esprit et l’entent sur une ligne qui se ramifie. Direction langagière. Essaimante. Lactée.

Chromatic tests for painting in another life

Kribi beach #2

Saïd Zekri

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s