Au milieu des chicanes

Vivre avec le malheur, qu’on rencontre, celui d’un autre dans le sien trop propre, douci par les années, qui tape au cœur qu’ensuite tu oublies, occupé pour ne pas crever à tenir ton ménage — le petit rangement de soi — malheur solitaire au milieu des chicanes du boulevard Kennedy, la peine d’autrui jamais vulgaire, amer d’une mangue que tu suces, tombée quand tu passais en un moment perdu. Ne reste que le biais entrevu d’un visage et sous les coups du mensonge son histoire devient heureuse. La tienne aussi, peut-être, emplie de gré, futile ; achevée un matin par les roues d’une auto.

Vie d’Éros Sambóko #11

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s