en bordure d’un ghetto

Tiré habite une case en bordure d’un ghetto – Vénus y est allé – une cellule de poto-poto à côté du marécage. Des lotus, parfois, comme des sexes sur l’eau. C’est loin, mais de quelle part de soi, de quel endroit du plan qui nous a forclos. Le bailleur nomme studio la solitude où loge Tiré, les gens parlent de mauvais lieu, égal mauvais garçon mauvaise fille. Souvent s’approche un jacana, levant ses grandes pattes au-dessus des feuilles luisantes, qui évoque le propre allongement de ses jambes. Il arrive qu’un poussin malhabile s’abîme et se noie.

Vie d’Éros Sambóko #28

2 commentaires sur “en bordure d’un ghetto

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s