Sur la ligne du bas

Tirésias dit qu’on vit sur la ligne du bas, qu’on n’a pas d’horizon bien que le ciel se voit, la ville ondule sans nous seulement posés sur elle. On marche et puis c’est tout, avec obstination vers quoi. Il dit aussi pour une fois qu’il parle que l’on demeure à raz de terre, exclu du vertical. Tirésias, subtil ange, dessine quand il chemine la pesanteur du temps, il coud des carnets dans sa tête, des pages où les rues s’impriment à partir de ses gros pieds d’enfant, toutes les rues qui lui traversent les veines. Puis quand on s’en va quelque chose se fend [de l’autre] on retourne au rien — dans son illisible histoire.

Vie d’Éros Sambóko #18

Un commentaire sur “Sur la ligne du bas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s