Vénus en son salon

En suite de la vie de Éros Sambóko (désormais Éros dans et hors de son lit) commence au tournant du chemin une nouvelle série : Vénus en son salon.

On étouffe au salon ; le dos tire, vers son dedans, senti mais ignoré, caverne d’os où flue la mer dont un jour – lequel – Vénus sortit pourtant, toute née déjà, droite, altière, peut-être – qui sait – belle avec les cheveux siens piquetés de jasmin porphyre ; Vénus souffre du bassin. S’imaginer jaillir des eaux, mais jamais ne s’en souvenir, et ne pas savoir pourquoi, ni le dire. Que parmi les anges solaires, certains voyant l’apparition, se noyèrent. Non, tu rêves, vraiment rien de ça, pas plus de papillons trempant dans les calices qui retombent vidés de leur pollen blanc ;

Vénus en son salon #1

Un commentaire sur “Vénus en son salon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s