relaver la terre

Vénus taquine, à l’entrée des boutiques, les faux-corps blancs, chapeaute leurs têtes chauves, en pince la rigidité, puis à neuf heures, déjà lasse, ouvre son salon, ignorant où se trouve son moi, si noyé par l’ennui de tout, si reflué aux pourtours des mille choses routinières, relaver la terre, sa vêture de lino, renverser le siège, essuyer les pieds, redoutant qui peut entrer vider ses gestes du plaisir de faire et tortillonner ses pensées dans la filasse tombée des brosses, noire, atteindre ses rêves avec seulement des mots, des oracles d’église, de trottoirs, les voix de la radio

Vénus en son salon #16

Un commentaire sur “relaver la terre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s