dans le secteur des luminaires

Devançant toute chimie à l’intérieur de soi, ce qui sécrète un gout et ses élans, du salon au studio, Vénus hâte son pas, plutôt la sombre chambre, en bas, que des éclairs artificiels, les fausses vertus, l’innocence, dont la foule se revêt ; vers le carrefour, puis au tournant, dans le secteur des luminaires, distrait quand même l’instant, donne à l’ouverture de sa porte la dimension d’un regret, achète des sucreries turques, du beignet déjà rassis, qui sent les plages de l’océan, la graisse des poubelles, grignote et rêve face à l’or des encadrements

Vénus en son salon #22

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s