la crainte des lapidations

Allume la lampe au coin, comme sous-entendue, discrète, telle Vénus même, qui ne voulant, rêve de spots, et s’en maudit, avoue sa peur de disparaitre, mais derrière, dans la nuit, l’encor des ombres remue, ignorantes malgré tout d’un regard se promettent, seules sourient, et vont. Les guette, autant qu’elles passent dans la transparence, la leur propre aussi, à qui sait lire, sous les cernes, la crainte du projectile, des lapidations, et les pense, chacune, longtemps, en épisodes aux trames identiques, en saisons, qui ne s’achèvent qu’après le bref instant, dans le cerveau.

Vénus en son salon #15

Un commentaire sur “la crainte des lapidations

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s