on traque une lexie nouvelle

Sur la ville et soi, une nuée vitreuse, pas de ciel, d’arrière-plan aux formules du matin, ni de lignes dans un lointain, vivre s’apparente à chercher les mots, d’un discours qu’on déchirera le soir même. On traque une lexie nouvelle, la rayure que ferait au dessin le vol improbable d’un guêpier nain, plus qu’un trait d’ailleurs, une fantaisie, ou tel profil de visage survenant d’une ruelle, au crâne allongé, et les yeux marins. Ou le soulagement que procure la pluie. Vénus prétexte l’achat d’un fruit, d’une boite de sardines, d’un sachet de lait, pour faire provision et remplir la page.

Vénus en son salon #28

4 commentaires sur “on traque une lexie nouvelle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s