défait, le lit patiente

Ça pue la bonde dès l’entrée, les lotus chancis d’un voilage de douche et le fond d’escarpins, la rumeur du monde au quartier, de cette ville où peu d’oiseaux, sauf un gobemouche bleu, Vénus se rappelle, qui dansait sur la courbe visqueuse d’une fleur de bananier. Aussi l’infusion de thé et les sécrétions du sommeil. Défait, le lit patiente l’humiliation de son corps, le désœuvrement de ses doigts, qui déchirent un sachet de noodles, au dessus de l’évier, de sa bouche tétant l’image, formée par la pensée, d’une autre, grande ouverte, qui l’aimante

Vénus en son salon #24

2 commentaires sur “défait, le lit patiente

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s