sur de l’eau désœuvrée

Les immeubles, les collines aussi, tout parait flottant sur de l’eau désœuvrée, oisive. Ça oscille légèrement. Dans la tête, et sa mesure du temps. Vénus, à certaines heures, s’emporte contre la machine, sourit devant son gouter, fantasme ou chantonne. Si Éros sonne, on fuit jusqu’au bois, au lac, où l’on traine, précédant la mort, chacun de nos pas, flânons en lisière, en bordure de tout, les nuits, la détresse, les réprobations, la vieille infortune et le soin qu’on prend à se départir du mode courant, on marche toujours offrant aux regards l’un ou l’autre portrait de soi ;

Vénus en son salon #29

2 commentaires sur “sur de l’eau désœuvrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s