Chaque jour, on récrit le scénario

De moi, suis le fantasme très ordinaire. Est-ce créer que l’écrire, décoller de cette condition. Qu’est-on sans le désir. Sitôt jeté sur la terre, on te cloue avec lui dans un lit. Le tien, celui de ton frère. Le dimanche d’après résonne à ton oreille impubère, bienaimé, que tout est sale. Tu écoutes des mots … Lire la suite Chaque jour, on récrit le scénario

L’écrit entre par l’oreille 2

Diagonale de son regard, les heurts métalliques, la même obscurité. Aussi bien qu’elle, qui peut dire où l’on va : au ban, vers un enfer, peut-être le ciel sur les rondeurs derrière la ville, San Antonio, de los Cobres. Parfois j’ai des songes argentins. Elle, adossée à des livres sur l’étagère, ne fait que bringuebaler … Lire la suite L’écrit entre par l’oreille 2

Le carré – 4 – dans la fenêtre

L'œil est réduit par le carré dans la fenêtre, non bien sûr diminué, affaibli, au contraire, remis en place comme un organe désorbité, concentré comme une tête, simplifié. Le carré capture l'œil qui devient fenêtre, rien à voir avec la captivité, privation du regard et de l'audition, car par "l'œil" il faut entendre aussi l'oreille … Lire la suite Le carré – 4 – dans la fenêtre