fréquence 38

On trempe la mèche dans l’huile de clarité, pas sûr que le dit en soit moins obscur, mais il résonne autrement que sous l’infléchi crépuscule, s’offre à l’horizontal du plan. L’oreille, l’œil, recueillent une copie, le fac-similé de lui, le cri-écrit gravé dans la hauteur s’étant brisé au monde adverse et sa propre colère – un écart – le voilà qui toupine au bas, à souffrir d’une absence et de sa mise à plat. Fragments de champs courts, presque identiques, que l’acte de voir amasse et resserre, concentre au point où tout se perd dans le rétroéclairage ; la chute des angles trompeurs brouille la lecture des sites. Aller au bout de lui, du poids de lui, de sa torpeur, sous le genêt, sous le ricin, au bout du soi dans l’attente de la courbure d’un rien qui changerait ne serait-ce qu’une marque sur la cire, descendre le diaire, celui d’hier, attiser l’iræ, le déliaire, l’irradié.

 

fréquence 45

Si la nuit revient à dire, c’est de l’étonnement d’abord que non pas l’astre mais sa matière d’étendue croûteuse, soit ainsi nombreuse comme surface d’un dedans, ensemble sourde et claire. Est surtout ce qui fouaillé multiplement avec le fer, se remplit de ponctuations, de boursouflures, d’incisions, raclage du dos dont le soleil calcine les pelures, par une houe qui trace puis engendre des bosses là où les verbes s’énumèrent, se double d’une peau, par-chemin scarifié, le scripteur l’entaillant, toute cette manufacture visant le lignifié. Ne marchons pas seulement sur à l’aide des pieds, mais en ce qui équivaut derme sous les inflammations, les brûlures de l’herbe papier, cloques d’un texte buisson ; tandis que tourbillent des cendroles on est au labour du support, de la couche où s’ensèment l’en-tête et le corps, parcelle d’écran, sa tranche crue de pouvoir, le segment contre quoi se projette la main.

 

Voyage au Lexique [fréquence 56]

[….] de moi, d’elle et d’il, fondant l’écrit, sa toile tramée de grillons, de silence et selon, des ailes d’une effraie magnifique, d’un duc à face pâle, petit, ou de ŋgbàndjà saisonnières. Il faudrait mettre le mot à l’envers pour voir ce qui se produit, ce qui advient de soi retourné en lui, le composer en lettres déclinées du vert, sombre d’abord puis jasmin. C’est le bruit pur, l’écoute, qui s’unissent, l’oreille qui se fait l΄une lui, et ce qu’on nomme brousse quitte pour aller où ? que trouve-t-on derrière ? — quel absent — une strie dans la masse d’obscur dont l’audio se détache, mute en monophonie, exactement devant l’étirement brumeux, l’estompe du géométral des buildings sans lampes ni fenêtres, sans disques autour des yeux, alors tendre à toucher la voix prononçant toutes ces choses qu’on ne connaît pas. Donc l’ignorance, mais de quoi, du haut du bas quand ils s’enlacent ? — celle plutôt du vide en qui naître le vent. Elle, son-souffle et nous sans savoir où l’on va, y compris dans l’écrire, le faire, seulement accréditer sa discordance en soi, l’absurde possible offert de la page au fond noir réglisse sur qui s’épreint, en qui s’emprime le corps des lettres, cours du dit, dans le multiple espacement des jours, avec vibrations nues du [ɥi] > hui, ruy, lui(t) < ondes nocturnambules, nyctaloptères.